La réussite à n’importe quel prix !

La réussite à n’importe quel prix !

Dans nos sociétés occidentales modernes, un de nos fondements c’ est la réussite.

 

business 1734165 1920 300x175 - La réussite à n’importe quel prix !

Nous sommes rejoints d’ailleurs par l’orient qui rêve de gloire et de succès.

L’Inde a des milliardaires qui se trouvent souvent dans les hommes les plus riches du monde.

Depuis l’enfance, jusqu’à l’âge adulte nous avons été formatés pour réussir, sans aborder ou si peu l’échec, sauf aux États-Unis paradoxalement.  C’est pourtant le pays symbole de la réussite. Mais là où pourtant la compétition fait rage, l’échec est vu comme une expérience nécessaire sur laquelle Il faut s’appuyer pour rebondir de plus bel.

Tout le monde veut réussir. Je veux réussir. Mais qu’est-ce que la réussite? L’accumulation de biens immobiliers et mobiliers, le luxe, le matérialisme à outrance. Nous avons tous, et c’est normal des envies à satisfaire. Et à moins de vivre en dehors de la société, notre esprit est suscité en permanence par l’envie. Moi-même, je suis attiré par les belles voitures, une villa magnifique… Mais qu’est-ce que je suis prêt à faire pour obtenir ces merveilles ? C’est la première question qu’il faut se poser. Et si je les obtiens, qu’est-ce que cela va m’apporter de plus ?

Du plaisir ? Certes.

Du bonheur ? Je ne le pense pas.

Pour vraiment jouir des plaisirs sans que ceux-ci soient l’unique facteur d’un soit-disant épanouissement, il faut d’abord et avant tout « être riche de l’intérieur ».

Vivre vraiment heureux, épanoui, se recentrer sur nous-mêmes. Et que ces biens matériels ne soient que secondaires, l’expression visible de notre image, mais certainement pas de notre être.

 

Moi-même assez sportif, et étant d’une famille où nous aimons le sport, j’ai plutôt tendance à apprécier la compétition. Mais même l’activité sportive est devenue outrageusement compétitive, et le slogan de Pierre de Coubertin « le tout, c’est de participer » est un vœu pieux qui n’est suivi que par quelques amateurs. Et cela amène  des dérives extrêmement préjudiciable pour l’homme, tel que le dopage, la perte de la moralité par les tricheries, les malversations de toutes sortes dues aux sommes considérables que le monde du sport draine.

Et cette compétition s’est insidieusement introduit dans tous les systèmes de la société.

L’école, la famille où les enfants se jaugent constamment, où les parents exhibent tous leurs succès,  diplômes… Et bien sur dans le monde industriel et professionnel, qui est devenu, et ce n’est pas moi qui le dis une jungle, une guerre, où les industries montent des stratégies pour faire face à la concurrence la plus impitoyable. Espionnage, pot de vin, procès, scandales en tous genres sont les termes courants du businessman. Et les médias nous en gavent.

Et pourtant dans le monde où je commence à naviguer, celui de l’infoprenariat nous parlent non de concurrent, mais de partenaires éventuels, de gratuité aussi bien dans la technique que dans le conseil. Les différents professionnels que je côtoie sur le net, enfin que je commence à côtoyer, mous parle d’un système de valeurs : le partage, la solidarité, le don, qui sont comme des bouteilles d’oxygène dans ce monde  professionnel, où les gains d’argent sont pourtant considérables. Mais il est vrai que les informations, où les formations distillées par leurs activités ont un but commun : aider à s’améliorer, s’épanouir, développer ses connaissances, se former, se faire conseiller. C’est un monde qui n’est pas merveilleux, puisque c’est l’être humain qui le gère. Mais au moins, même s’il vise la réussite sur certains plans.  Cet objectif ne paraît pas à réaliser à n’importe quel prix. Et c’est plutôt rassurant, n’est-ce pas ?

L’école, la famille où les enfants se jaugent constamment, où les parents exhibent tout leurs succès,  diplômes… Et bien sur dans le monde industriel et professionnel, qui est devenu, et ce n’est pas moi qui le dit une jungle, une guerre, où les industries montent des stratégies pour faire face à la concurrence la plus impitoyable. Espionnage, pot de vin, procès, scandales en tout genre sont les termes courants du businessman. Et les médias nous en gavent.

Et pourtant dans le monde où je commence à naviguer, celui de l’infoprenariat nous parlons non de concurrent, mais de partenaires éventuels, de gratuité aussi bien dans la technique que dans le conseil. Les différents professionnels que je côtoie sur le net, enfin que je commence à côtoyer, mous parle d’un système de valeur : le partage, la solidarité, le don, qui sont comme des bouteilles d’oxygène dans ce monde  professionnel, où les gains d’argent sont pourtant considérable. Mais il est vrai que les informations, où les formations distillées par leurs activités ont un but commun : aider à s’améliorer, s’épanouir, développer ses connaissances, se former, se faire conseiller. C’est un monde qui n’est pas merveilleux, puisque c’est l’être humain qui le gère. Mais au moins, même s’il vise la réussite sur certains plans.  Cet objectif ne parait pas à réaliser à n’importe quel prix. Et c’est plutôt rassurant, n’est-ce pas ?

Et le bonheur dans tout ça?

Il est constamment bafoué par l’appât du gain. Cette concurrence à outrance mène ceux qui jouent à ce jeu pervers à des sentiments de peurs, frustrations, envies et de jalousie. L’envie de réussir se transforme en la peur de perdre, et souvent de tout perdre. Car les pertes financières qui peuvent être considérables, entraînent avec elle la perte des repères affectifs, que sont la famille, entraînant divorce, séparation et donc conflit.

Nous ne pouvons réussir durablement sans le sentiment tout au moins du bien-être. La richesse matérielle se construit d’abord et avant toute chose par la richesse intérieure qui se fonde sur un état d’esprit de paix et de sérénité. Un état d’esprit mêlant la joie, la plénitude, ce que j’appelle « le parfum du bonheur ». La réussite sans le bonheur est vouée à l’échec. Il est donc temps de réagir pour tous ceux qui se sentent concernés par ce système vérolé depuis le départ, de commencer ou de recommencer leur vie en se recentrant sur eux-mêmes, en prenant conscience de la réalité, et en mettant au centre  de leurs objectifs :

la quête du bonheur, et enfin de réussir.

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu