Le pardon grâce au Ho’oponopono
Le Hala lei, une couronne de fleurs de l'arbre-Hala, est parfois utilisée pour marquer l'accomplissement du Hoʻoponopono et la disparition des problèmes

Le pardon grâce au Ho’oponopono

 

Hala lei - Le pardon grâce au Ho'oponopono
Le Hala lei, une couronne de fleurs de l’arbre-Hala, est parfois utilisée pour marquer l’accomplissement du Hoʻoponopono et la disparition des problèmes

L’excuse ne s’adresse qu’à l’individu qui la demande où la personne qui la reçoit, alors que le pardon de s’adresse à nos âmes, avec où sans la personne intéressée. Elle s’adresse d’abord à notre âme, c’est une démarche intérieure.

Le pardon demande de la réflexion, de pouvoir prendre du recul avec sérénité. C’est une démarche longue et incertaine, qui éclaire l’obscurité qui remplit notre cœur. C’est une démarche nécessaire pour aller de l’avant. Ne faites aucune action spirituelle sans une démarche de pardon si celle-ci vous paraît utile.

Le pardon n’est pas obligatoire, il doit être entrepris avec l’assentiment de votre esprit et de votre cœur.

Sans cet assentiment la démarche est voué à l’échec.

Méditer en pratiquant le ho’opponopono,  favorisera la réussite de votre démarche intérieure. Le ho’ opponopono est à la base une philosophie hawaïenne pour aider à gérer les conflits  entre deux où plusisieurs personnes d’un même village.

Elle a ensuite été reprise et simplifiée, pour devenir une prière, agissant comme une sorte de mantra.  » Je t »aime, désolé, pardonne-moi, merci sont les pilliers de cette prière, elle agit sur les mémoires négatives qui agissent sur notre subconscient.

Mais laissons le dernier mot au wikipédia :

Le Hoʻoponopono (ho-o-pono-pono, parfois traduit en « remettre les choses en ordre », « rétablir l’équilibre ») est une tradition sociale et spirituelle de repentir et de réconciliation des anciens Hawaïens. Des coutumes identiques de thérapie familiale se retrouvent aussi dans toute la région de l’océan Pacifique. Le hoʻoponopono traditionnel était dirigé par un ou une kahuna lāʻau lapaʻau1 (prêtre guérisseur) pour guérir les maladies physiques ou psychiques au sein des groupes familiaux. La plupart des versions modernes sont conçues de telle façon que chacun puisse le faire seul.

Morrnah Simeona une kahuna lāʻau lapaʻau, commença en 1976 à adapter l’ancien hoʻoponopono aux réalités sociales de notre temps. À celles-ci elle ajouta aussi bien un procédé de résolution des problèmes généraux qu’une thérapie d’entraide psycho-spirituelle, que chacun peut pratiquer seul.

 

Elle était contre la répétition par mantra, certainement trop réductrice, contrairement au Docteur Len.

Vous pouvez trouver des vidéos, des formations, sur le net où en présentielle, je vous conseille de vous documenter avant d’entreprendre toute démarche en ce sens.

les Quatre mots qui guérissent ; Je t’aime, désolé, pardonne-moi, merci.

Je vous ai adjoint un texte qui n’est pas de moi mais qui compléte mon article et donne des liens qui peuvent ausssi vous intéresser.

http://www.eft-facile.com/mon-experience-avec-zensight-a107326302

Pour les cauchemars, tout ce que je peux vous dire c’est que moi, je continuerai à nettoyer.

Parfois, il faut du temps et nous avons tendance à être trop impatients avec les résultats…

Vous verrez que vous allez recevoir des « inspirations » pour continuer le nettoyage, cela peut passer par une rencontre, un livre, ou en faisant appel à un praticien qui vous propose une technique comme l‘EFT, le TAT ou le Zensight, parmis celles que je connais le mieux.

http://www.mercijetaime.fr/liberer-les-tensions-et-se-donner-de-l-amour-a85212516
Le livre de Debbi ford « La part d’ombre du chercheur de lumière » explique bien cette démarche d’accueillir notre part d’ombre.

http://www.mercijetaime.fr/autres-livres-conseilles-a3109673

Là, tu peux aussi utiliser l’EFT, par exemple, ou autre technique (TAT, lâcher-prise) pour libérer les émotions. Ou bien, écrire tout ce qui vient. L’important est d’accueillir sans jugement, tout ce qui est, pour ensuite le laisser partir.

Pour bien comprendre le mouvement : tu te rappelles la clé du SOL?

C’est important de bien suivre le mouvement :

Vidéo en anglais:  http://youtu.be/XHJMvOek06c

 

D’abord, je descends (dans mon ventre, siège des émotions) pour aller voir quelle partie de moi a besoin d’être guérie?

Je peux en profiter pour me donner un peu d’amour et de reconnaissance.

Mon enfant intérieur va apprécier !

Et pour terminer, je vais remonter d’un étage pour confier « le nettoyage » à la divinité, à l’esprit créateur.

Et là, je laisse faire…je n’ai rien d’autre à ajouter.

« Je suis sans attente et j’accueille l’inspiration »

Des idées vont venir, des nouvelles compréhensions…

Et en tout cas, tu vas te sentir de plus en plus en paix.

Car le plus important est :

« Choisir la paix et la liberté »

Le reste, comme dit mon amie Nathalie : « Surprise ! »

 

Connaissez vous l’histoire?:

Il était une fois un modeste paysan de la vieille Russie.

Il était veuf et n’avait qu’un fils.

Un jour, son cheval disparut. 

Tous ses voisins le plaignirent, en disant qu’une bien triste chose était arrivée.

« Est-ce un bien ou est-ce un mal ? », répondit-il.

Trois jours plus tard, son cheval revint accompagné de trois chevaux sauvages.

Les voisins l’envièrent et lui affirmèrent: « Quelle chance tu as ! ».

A quoi il répondit : « Est-ce un bien ou est-ce un mal ? » 

Son fils tenta de monter l’un des chevaux sauvages, tomba et se cassa une jambe. 

Les voisins dirent : « Quelle guigne ! » 

– « Est-ce un bien ou est-ce un mal ? », répondit une nouvelle fois le paysan.

Trois jours plus tard, les huissiers du tsar vinrent chercher tous les jeunes hommes valides pour les enrôler dans l’armée, et le fils du paysan ne fut pas enrôlé.

« Quelle chance tu as ! » déclarèrent les voisins au vieux paysan.

 

« Est-ce un bien ou est-ce un mal ? » répondit une nouvelle fois le paysan… 

Nous ne voyons qu’un tout petit bout de notre réalité.

Qui sait à quoi peuvent être utiles…

…les expériences que nous vivons ?

Sagesse de LAO-TSEU

 

Pour les cartes, c’est très simple, dès que vous avez un problème vous tirez une carte.
Chaque carte représente une phrase clé des enseignements de Ho’oponopono, et comme par hasard, celle que vous tirez est « une porte » qui vous permets de rentrer dans cette énergie ou état d’esprit de Ho’oponopono.
Lire la carte vous permet de « lâcher » = « nettoyer » la mémoire qui est en train de créer le problème, ou ce que vous ressentez comme un problème.
Une autre façon, consiste en tirer une carte pour la journée, la phrase en question peut ainsi devenir « la touche »  de nettoyage pour la journée.
Une autre, est de poser la carte sur ce que vous voulez nettoyer. Ordinateur en panne, une feuille où vous marquez une réunion importante, etc….elle fera le nettoyage. 
Il n’y a pas de limites dans l’utilisation, c’est un outil et vous êtes libre de la façon de l’utiliser.
Vous avez une téléconférence à télécharger gratuitement où nous en parlons un peu plus au sujet des cartes et leur signification.

 

je me pose la question suivante: nous attirons dans notre vie des pb en résonance vibratoire avec nos mémoires . Par essence, ces vibrations sont éloignées de la Source.
les mots « je suis désolé…………je t’aime » ont une vibration « haute » nous rapprochant de la Source.
Et comme la lumière inonde  la noirceur, les mémoires sont gommées
alors, finalement je me dis que, répétés inlassablement, ces mots ne seraient-ils pas un « ascenseur vibratoire », faisant d’hopono le procédé le plus simple et le plus efficace de la création?
merci
Réponse: pas besoin de réponse, car la personne a trouvé toute seule sa propre réponse, ce qui est le but de Ho’oponopono: créer notre propre connexion avec la Divinité.

 

Ho’oponopono n’est pas la même chose que la pensée positive, même s’il précise bien que nos pensées créent notre réalité.
Il faut savoir que la plus part de nos pensées agissent de façon « inconsciente », ces mémoires dont nous parlons en Ho’oponopono.
Alors plutôt que répéter des affirmations positives, nous sommes conscients que « les problèmes » (la liste que vous m’avez cité dans votre message) sont dans notre pensée (à l’intérieur de nous) et nous confions à notre partie divine de nettoyer les mémoires qui sont en train de les créer.
Ce n’est pas une question de temps plus où moins long accordé à chaque problème, mais un nettoyage en continue de tout ce que je vois comme problème qui devient ainsi une occasion de nettoyer.
Il reste encore des places sur Nice et Roanne, et bien sur, en participant au stage vous comprendrez mieux le processus et pourrez mieux l’intégrer dans la vie de tous le jours.

 

La seule chose que nous devons faire quand nous faisons Ho’oponopono est de reconnaître que nous sommes 100% créateurs de ce qui arrive dans notre vie, et en suite, donner la permission pour que le nettoyage soit fait.

C’est un lâcher-prise total. Notre mental croit savoir et attends toujours tel ou tel résultât. Mais en réalité, notre âme qui est toujours en relation avec notre partie divine sait mieux que notre ego ce qui est bon pour nous.

Notre seul travail consiste en enclencher le nettoyage et lâcher toute attente.

Pour enclencher le nettoyage vous utilisez la méthode que vous aimez le plus, soit les 4 phrases: désolé, pardon, merci, je t’aime; soit tout simplement: merci, je t’aime, soit le mot qui vous parle à vous (« cacahuète! »)

 

je souhaite vous poser une question : quand on prend un thème bien défini comment sait-on que la mémoire est nettoyée? au résultat? mais on ne doit pas avoir d’attente! alors comment faire…à part cette petite tracasserie je suis heureuse de pouvoir changer ma façon de penser, mon angle de vue,et quand je me crispe un peu j’ai dans mon coeur la voix légère de Maria qui me murmure : mais ce n’est qu’une mémoire!!

REPONSE:

OUI!, tu as raison de bien rester « sans attentes ». Et comment savoir si c’est parti? tu peux même lâcher cette attente que la mémoire soit partie.

C’est un nettoyage sans fin, un peu comme à la maison. quand il n’y en a plus, il y a encore…

Moi, ma seule attente, c’est la paix.

En général, je passe à autre chose, quand je suis bien et je ne vois plus le problème comme un problème.

Patience, et surtout: beaucoup d’amour pour toi même….c’est le secret!

Tu peux aller sur le site de Michael Roads et télécharger les chansons..

Clique sur le lien:

http://michaelroadsenfrancais.com/a-telecharger/

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu